La CVR fait ses recommandations pour que la réconciliation puisse commencer

Voici le communiqué publié à OTTAWA le mardi, 2 juin 2015.

La Commission de vérité et réconciliation du Canada a publié ses conclusions et recommandations aujourd’hui, après un mandat de six ans au cours duquel les trois commissaires ont entendu les déclarations de plus de 6 750 survivants et témoins partout au pays portant sur plus d’un siècle de mauvais traitements dans les pensionnats indiens.

Les 94 recommandations constituent la première étape pour redresser le tort historique des pensionnats indiens et faire progresser le processus de réconciliation, estime l’honorable juge Murray Sinclair, qui préside la CVR.

«Dès maintenant, nous avons l’occasion de faire preuve de leadership, de courage et de conviction afin de panser les blessures du passé et de tracer le chemin vers un pays plus juste, plus équitable et plus compatissant», a indiqué M. Sinclair.

Les recommandations de la CVR comprennent notamment des mesures pour protéger le bien­être des enfants, conserver le patrimoine linguistique et culturel, promouvoir l’équité juridique et améliorer le partage d’information sur les enfants disparus.

«Les enfants qui se sont retrouvés dans ces pensionnats étaient punis sévèrement parce qu’ils pratiquaient leurs cérémonies culturelles et parce qu’ils parlaient leur langue familiale, a ajouté la commissaire de la CVR, la Dre Marie Wilson. La réconciliation repose sur la reconstruction de la culture autochtone et sur la préservation des langues et des cérémonies que les pensionnats ont tenté de faire disparaitre.»

Parmi les autres recommandations pour réussir la réconciliation, on suggère aux gouvernements partout au Canada d’adopter et de mettre en oeuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

«Il existe déjà des solutions qui peuvent nous aider à aller de l’avant avec la réconciliation, a ajouté M. Sinclair. La déclaration des Nations Unies en est un bon exemple : il faut dès maintenant incorporer et utiliser les solutions qu’elle propose.»

Les commissaires ont également souligné le rôle de l’éducation dans la réconciliation. La Commission a demandé au gouvernement d’éliminer le fossé éducatif entre les Canadiens autochtones et non autochtones, d’égaliser le financement de l’éducation entre les enfants des Premières nations qui se trouvent sur les réserves et ceux qui n’y sont pas, et enfin, de favoriser l’accès à l’éducation postsecondaire pour les jeunes autochtones.

Enfin, la CVR a rappelé l’importance de faire comprendre aux Canadiens l’importance des pensionnats indiens et leur incidence. La Commission a appelé à la mise en place de programmes pédagogiques adaptés sur les pensionnats indiens, les traités et les contributions historiques et contemporaines des Premières nations. Elle recommande également que les avocats et les fonctionnaires soient sensibilisés à ces problématiques et que le financement public des médias et des musées soit bonifié.

«Plusieurs voudront garder leurs oeillères et prétendre que ce n’est pas un enjeu qui les concerne, a indiqué le commissaire en chef Wilton Littlechild. Nous vous demandons de faire preuve d’ouverture, d’être prêts à entendre ces histoires et d’accepter que ces choses se soient produites. Ce n’est pas un enjeu autochtone, c’est un enjeu canadien.»

Le rapport final de la CVR contiendra plus de deux millions de mots sur six volumes et sera traduit en six langues autochtones.

À propos de la CVR

La Commission de vérité et réconciliation a été établie à la suite de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2007. Son mandat consiste à informer tous les Canadiens de ce qui s’est passé au cours des 150 années d’existence des pensionnats, ainsi qu’à nous guider et à nous inspirer pour mettre en place un processus de réconciliation et nouer des relations nouvelles fondées sur la compréhension et le respect mutuels.

Cliquer ici pour en savoir plus sur le CVR et pour télécharger les documents

[haut de page]