Jour 11 de la COP21: Et les Églises dans tout ça?

J’apprends par courriel que le groupe Citizens for Public Justice/Citoyens pour une politique juste a organisé à la grandeur du Canada une vigile de prière durant toute la durée de la COP21. C’est réconfortant et important. Les Églises et le monde religieux ne sont pas les plus visibles dans une COP, mais ils sont présents et agissent de bien des façons.

Tout d’abord par la publication de plusieurs déclarations et prises de position avant la Conférence. On se souviendra que le pape François a publié son encyclique Laudato Si en mai dernier. En juin dernier, les responsables religieux des six principaux cultes de France (catholique, orthodoxe, protestant, musulman, juif et bouddhiste) se sont rendus à l’Élysée (le Palais présidentiel) pour remettre au président François Hollande une déclaration commune sur le climat.

Au mois d’août, à Istanbul en Turquie, un symposium a réuni une soixantaine de responsables musulmans de vingt pays différents : ensemble, ils ont publié la première déclaration commune sur le changement climatique. « Dieu – que nous connaissons comme Allah – a créé l’univers dans toute sa diversité, sa richesse et sa vitalité : les étoiles, le soleil et la lune, la terre et toutes les familles d’êtres vivants », trouve-t-on en préambule.

Puis en septembre, trente dignitaires représentant neuf religions apposaient leur nom à une déclaration intitulée Climat, religion et espoir: les traditions religieuses unies pour un avenir commun appelant à agir concrètement pour limiter les émissions de GES; ce document était l’accomplissement d’une conférence interreligieuse organisée à New-York conjointement par le Conseil œcuménique des Églises et Religions pour la Paix et a été présenté au secrétaire généralCOP21 018 adjoint de l’ONU, Jan Eliasson, tout juste avant le sommet sur le climat des Nations Unies.

Enfin, en octobre, quinze des plus importants chefs spirituels bouddhistes ont publié un appel historique lancé aux dirigeants politiques pour conclure un accord efficace face aux changements climatiques lors des négociations de la COP21. Cet appel à agir de toute urgence face aux changements climatiques, initié par des chefs spirituels représentant plus d’un milliard de bouddhistes, est sans aucun précédent. C’est la première fois que tant de sommités bouddhistes se rassemblent face à un enjeu mondial pour parler d’une seule voix.

Sans oublier, l’initiative de l’évêque anglican Desmond Tutu de lancer, en novembre, une pétition sur internet adressée à Ban Ki-moon et François Hollande. CLIQUER ICI POUR LIRE LA SUITE

[haut de page]