Les membres du ROJEP respectent l’échéance de la CVR pour signifier leur solidarité avec les Autochtones

COMMUNIQUÉ

Une vingtaine de membres du Réseau Œcuménique Justice Écologie Paix (ROJEP) ont rendu publique une déclaration signifiant leur engagement à répondre à l’Appel à l’action no 48 de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR). La demande no 48 de cette Commission stipule : « Nous demandons à l’Église, aux parties à la Convention de règlement et à tous les autres groupes confessionnels et interconfessionnels au Canada qui ne l’ont pas déjà̀ fait d’adopter officiellement et de respecter les normes et les principes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones en tant que cadre de réconciliation (…)».

La réponse des membres du ROJEP à l’Appel à l’action no 48 de la CVR ne fait pas que reconnaître les droits humains des peuples autochtones tels qu’énoncés dans la Déclaration des Nations Unies, y compris les droits spirituels. Depuis quelques années, le ROJEP priorise ses réflexions et actions de mobilisation sous l’angle durespect des peuples et du territoire. Le ROJEP et ses membres s’engagent dans des prises de position en solidarité avec les peuples autochtones.

La déclaration du ROJEP a été rendue publique exactement à la date de l’échéance fixée par la CVR. C’est la seule échéance formulée par la CVR dans ses 94 Appels à l’action; elle concerne les Églises, les groupes confessionnels, et les groupes interconfessionnels de promotion de la justice sociale, dont plusieurs en ont aussi signifié leur intention d’y répondre.

Publié en juin 2015, les Appels à l’action exhortent avec force les Canadiennes et les Canadiens à combattre et à surmonter plus d’un siècle de discrimination et de violence systémique et à instaurer un rapport transformé entre les Autochtones et les non-Autochtones.

La Déclaration de l’ONU énonce les droits humains des Autochtones et souligne que ces droits établissent le standard minimal pour la survie, la dignité et le bien-être des peuples autochtones. En affirmant que la Déclaration est le cadre de la réconciliation, la CVR en appelle à la communauté de foi et lui demande de réparer le triste héritage des pensionnats indiens et de faire progresser la démarche de réconciliation canadienne.

Lire la déclaration des membres du ROJEP

[haut de page]